[CES 2018] – LAS VEGAS (Pitch) PARANO

Il s’appelle Jacques.

Mais en réalité, ils s’appellent Jacques et Mireille. Quasi indissociables.

A eux d’eux, ils cumulent plus de 60 ans d’expérience. Mais Jacques en parle avec ce sourire qui efface les années.

Ils habitent au pays basque. Lui, le basquo-béarnais. Elle, la gersoise.

Qui sont-ils ?

Ce sont les héros d’une histoire ordinaire. Moderne. La leur.

Jacques est un ingénieur, un précurseur, expert en schématique. Mireille est son pilier.

Parce qu’il pensait que garder 40 ans d’expériences pour lui était ridicule, il a choisi, à 66 ans, de se lancer dans une recherche doctorale de 3 ans avec pour sujet (attention, tenez-vous bien !) : La création d’un système capable de lire des fichiers destructurés, sur plus de 20 formats, pour les restructurer en format lisible et modifiable pour tous.

(Et nous en avons perdu 2 ou 3 au passage…)

Jacques est l’un des rares experts mondiaux sur le sujet. Rien que ça.

Son but est d’aider les entreprises à pouvoir réutiliser des fichiers et des schémas qui semblaient obsolètes jusqu’à maintenant, liés à leur inaptitude à pouvoir évoluer.

Pour cela, il capitalise son savoir-faire afin de créer cet « ouvre-boîte » quasi universel qui va ressortir l’ADN des séquences ou des schémas et qui va les relier à du texte. (Tout le monde suit ?)

Il transforme ainsi la vision à long terme et modifie durablement les perspectives de création de documents vectoriels dans les entreprises. Cela représente un gain de temps et d’argent monumental.

Comment ? Nous ne savons pas. Laissons-lui cette part de mystère.

Pour nous aider à mieux comprendre le concept, Jacques utilise l’exemple d’un billet d’avion envoyé par mail, et qui n’est, évidemment, absolument pas modifiable. Et bien, grâce à ce système, il va le devenir. (Du coup, nous avons tenté d’obtenir un Biarritz – Maldives…mais ça a moyen marché.) Et c’est pareil pour tous les schémas inutilisables, tapis aux tréfonds des serveurs informatiques des entreprises.

Voilà !  Quelle trouvaille n’est-ce-pas ?

Et Jacques et Mireille partent à las Vegas, du 9 au 12  janvier. Là, oui, aujourd’hui ! Ils ont été choisis parmi des milliers de candidats pour représenter la France au CES (Consumer Electronics Show) sur cette idée complètement novatrice qui est de restructurer des données déstructurées.

Sauf que Jacques est, comment pourrait-on dire cela ? Disons, « pitcho-sceptique » ! Et là-bas, au pays où toutes les techniques de marketing modernes ont été créées, autant dire que le Pitch Elevator est ROI !

Le Pitch Elevator est cette technique de présentation suggérée et élaborée par P.T. BARNUM (Oui, le cirque…) pour mettre en avant l’innovation proposée par Elisha OTIS (Oui, les ascenseurs…).

Car en 1853, durant l’Exposition Universelle, ces deux-là se rendent célèbres en démontrant, de façon spectaculaire, le fonctionnement du système de sécurité révolutionnaire inventé par Otis en cas de rupture de câble sur un ascenseur.

Perché sur une plate-forme de levage bien au-dessus de la foule du Crystal Palace de New York, Barnum stupéfie l’assistance en ordonnant dramatiquement de couper avec une hache, la seule corde de suspension qui la retient. La plate-forme chute alors de quelques centimètres, puis s’arrête. « Sain et sauf, Messieurs ! », proclame alors Otis qui ne le sait pas encore mais vient de donner naissance au « Pitch Elevator » en même temps que l’ascenseur moderne.

Alors, pas que Jacques soit contre. Mais le fait que ce soit LA technique « absolue » pour se mettre en avant, le met mal à l’aise. Cette notion d’avoir 40 secondes pour impacter le déstabilise.

Car il fait l’éloge de la lenteur. Lui qui prend le temps de bien faire les choses, ne comprend pas pourquoi on lui demande d’aller si vite. « A-t-on demandé à Zola de résumer ses 600 pages en 3 minutes ? Non ! Et pourtant, il s’est bien embêté à écrire tout ça ! »

Sauf, que Jacques, si tu lis ces quelques lignes, et si tu remontes un peu plus haut, ton pitch est là. Et nous te l’avons écrit façon Storytelling ! Il t’attend et tu peux l’emmener avec toi à Las Vegas.

Et si, par le plus grand des hasards, vous passez par-là, il sera avec Mireille au Hall G – Stand 50879.

Et sinon, n’hésitez pas à venir faire sa connaissance à « ESTIA entreprendre » à Bidart dans la zone Izarbel. C’est un homme qui vaut le détour.

D’ailleurs, faire le résumé de cette heure passée ensemble n’a pas été anodin car nous parlons toujours plus vite que nous écrivons.

Nous souhaitions donc dire à Jacques que nous avons écrit ce texte en prenant notre temps et en mesurant toutes les paroles échangées.

Car finalement, qui a tort ? Qui a raison ? De Barnum ou de Zola, nous ne saurions nous prononcer…

 

Virginie & Thomas

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *