Voici un endroit où vous retrouverez, avec leur accord, les projets menés avec mes clients.

Je vous laisse vous promener et découvrir.

Dossier de presse - THE BOOPIES

Il arrive parfois d’avoir des coups de foudre amicaux. Un truc un peu inexplicable, on ne sait pas vraiment pourquoi, mais ça matche!

Lorsque Isabelle, qui fait partie du groupe « The Boopies », m’a contacté pour écrire une présentation de son groupe pour leur dossier de presse, je ne savais absolument pas à quoi m’attendre.

Ah ça, oui, on peut le dire! Ce fut une tornade de rires, de bienveillance, et de complicité entre ces 4 filles et leur manager Jean, dans laquelle je fus emportée jusque tard dans la soirée!

Imaginez-vous finir par manger dans un MacDo, en écoutant de la musique. Puis, les vocalises d’Isa, rejointes par celles de Mama Cass (Zoé) et Jean, prennent de l’ampleur. Et moi, mi passive, mi émerveillée d’être là, qui assiste à ce spectacle tout naturel, la chair de poule hérissant mes avant-bras!

Je fais vraiment un métier fabuleux!

Bref, je vous laisse lire et faire connaissance avec ces 5 belles âmes:

« Imaginez une parenthèse dans votre vie. Quelque chose d’un peu spécial, d’un peu magique, où le temps paraît s’être suspendu.

Et se laisser envoûter par quatre voix qui s’équilibrent et se complémentent à la perfection.

Se laisser charmer par quatre femmes résolument différentes mais animées par la même passion du chant.

Telles sont les BOOPIES.

La chaleureuse Mone, dont la technicité et la maîtrise du placement de voix nous fait comprendre ce qu’une harmonie veut dire.

La voluptueuse Zoé, qui a débuté en tant que « chanteuse de douche » mais qui est définitivement plus la réincarnation d’une Cass Elliott (Mama’s & Papa’s) avec sa voix puissante et sa rythmique implacable.

La jolie Flo, que la passion du chant anime depuis toute petite et dont la voix pleine et ronde prend toute son ampleur sur les titres de Variété.

La groovy Isa qui est la voix des anges. Qui s’amuse à moduler sa voix sur des tierces hautes et fait croire au commun des mortels que le chant est d’une facilité déconcertante.

Et puis, il y a Jean.

Jean qui est le pilier. Celui sans qui le groupe ne serait pas complet. Il est l’homme de l’ombre, celui qui gère tout l’envers du décor et l’indéfectible supporter.

Alors, partager un peu de son temps avec ces quatre femmes (et cet homme), c’est comme accepter un gros paquet cadeau rempli de « Do wap, do wap » dynamiques, de bienveillance, de complicité, d’humour (tellement), de sensualité et de générosité.

C’est accepter de vivre une parenthèse enchantée. »

Dossier de presse - LA MAISON SUKALDARI

Voici un texte que j’ai écrit pour Richard DAULAY, le chef du restaurant gastronomique situé à Arcangues, « La Maison Sukaldari ».

Ce texte est un texte « pro ».

Nan mais parce qu’il faut être honnête. Si j’avais dû écrire un texte après avoir mangé chez Richard, étant donné les quelques bonnes bouteilles en cave, d’une part, j’aurais été bien incapable de l’écrire tout de suite, voyez-vous?

Et d’autre part, j’aurais ajouté du superlatif à tout va! Sa cuisine sort clairement des sentiers battus et surprend les papilles!

Bref, rencontrer une personne, c’est bien. Mais prendre le temps de la connaître c’est mieux.

J’ai donc passé quelques heures sympathiques (autour d’un café, je précise) avec Richard afin de lui écrire un texte qui lui correspondait au mieux (et où je me suis bien tenue!).

Je vous laisse découvrir:

 » C’est de la terre que vient Richard.

C’est de la terre qu’il est né, auprès d’elle qu’il a grandi et vers elle qu’il revient dès qu’il le peut.

Car ce fils et petit-fils d’agriculteur, fier de ses origines et profondément enraciné, tire son sens du travail et sa rigueur de sa famille avant tout.

Très jeune, tous les mercredis, assis sur la poubelle de la cuisine de son père, chef cuisinier, il le regarde faire et l’assiste. Il regarde son père lui transmettre sa passion, ses connaissances et ses valeurs. Cela fut déterminant.

Passé ensuite par les maisons des chefs Anne-Sophie PIC, Patrick JOUFFROY ou Thierry DRAPEAU, il y apprend l’importance de l’exigence, du don et du dépassement de soi, et de savoir dépasser le cadre théorique pour libérer l’ampleur de sa créativité.

Arrivé au pays basque par hasard, en 2012, pour y travailler en tant que Chef au Grand Hôtel de Saint Jean de Luz, Richard n’a jamais voulu repartir. Il y a trouvé un pays entier où le respect des gens et du produit prime.

S’est alors imposé l’idée d’ouvrir son propre restaurant, la Maison Sukaldari en 2015. Aidé par Quentin, son second, avec lequel une vraie complicité s’est nouée, il n’a pas besoin de parler. La confiance est évidente et naturelle entre eux.

C’est aussi de la terre que Richard possède la conscience de la saisonnalité, la patience et l’humilité. La nature décide et ce temps ne peut se quantifier. Faire pousser de bons légumes, élever un animal ou transformer une matière première demande de l’investissement.

C’est donc avec la même passion et le même engagement que Richard travaille à magnifier le produit simple comme il travaillerait le produit noble. Il se dit lui-même être juste « le passage de témoin entre le producteur et le client ».

Il ne fait pas une cuisine lisse, prend des risques. Cette cuisine, c’est son ADN où il transmet de lui et de sa personnalité dans chaque assiette.

Son travail et celui de son équipe ont ainsi été récompensés cette année par une Assiette au Guide Michelin.

Mais cet optimiste pugnace et généreux ne se repose jamais sur ses acquis, et met désormais tout en œuvre pour obtenir le fameux Macaron.

Car si c’est de la terre que vient Richard, c’est résolument vers les étoiles qu’il souhaite aller. »

Et je vous laisse découvrir son site: http://www.maison-sukaldari.com/

Création de textes - TERRACOL WOOD & DESIGN

J’ai créé pour Etienne, l’intégralité des textes qui composent son site internet.

Nous sommes partis de rien, avons définis tous les mots clés et le ton à apporter pour créer la bonne atmosphère.

Etienne m’a fait entièrement confiance. Ce fut une très belle collaboration.

Le mieux étant que vous puissiez juger par vous-mêmes, je vous propose d’aller découvrir son site: terracolwooddesign.com

Voici son témoignage:

« Notre activité étant relativement technique, la société AMPERSAND STORYTELLER a réussi a créer un texte pertinent et efficace sans négliger les points techniques indispensables. La société AMPERSAND STORYTELLER saura remanier vos dossiers techniques de manière à les rendre plus lisible et à la portée de tout le monde.
C’est l’écoute assidue, la plume affûtée et une certaine empathie que la société AMPERSAND STORYTELLER a créé l’intégralité des textes de notre société TERRACOL WOOD & DESIGN. Une écriture sur-mesure sans démesure! »

Création de textes - ARITZAK

C’est une amie web designer, Léa, qui m’a présenté Nicolas.

Nicolas est paysagiste mais aussi ébéniste, même s’il n’arrive pas encore à se l’avouer. 🙂

Nicolas possède la pudeur des gens talentueux.

Je vous laisse donc découvrir son site et les textes que j’ai créé pour lui: ARITZAK

Lecture, correction et optimisation de textes - MARION CINTRE, INGÉNIEURE EN ARCHITECTURE DU PAYSAGE

Marion est ingénieur paysagiste et l’une de mes toutes premières clientes (et fidèle avec ça!)!

Je vous laisse découvrir, à travers son témoignage ci-dessous, son besoin et la manière dont nous avons travaillé.

Et je vous invite à découvrir son très joli site internet: Marion Cintré

« Lorsque j’ai rencontré Virginie la première fois, à son contact, j’ai ressenti de la douceur et de l’empathie. Je ne m’étais pas trompée. Étant dans la deuxième année de mon activité, mon site internet était déjà fait et bien alimenté tant en textes qu’en illustrations. Cependant, comme toute entreprise, mon activité a évolué et mon site internet se devait d’en faire autant. J’ai donc pris rendez-vous avec Virginie pour que nous fassions plus ample connaissance, qu’elle me raconte son parcours professionnel – très riche humainement parlant – et également qu’elle m’explique plus en détail son métier. Qu’est-ce qu’une storyteller ?
J’ai alors compris que c’était la personne la plus qualifiée pour répondre à mes attentes qui étaient de relire les textes de mon site internet afin d’en modifier le rédactionnel
(synthase, orthographe…) Elle a optimisé mon contenu web en tenant compte de mes préconisations tout en y insufflant un peu de ma personnalité à l’intérieur.
Son atout est sa capacité à s’intéresser et apprendre à connaître son interlocuteur. Avant de débuter notre collaboration, au cours d’un entretien, elle m’a interviewée pour me faire parler de tout ce dont j’avais besoin, envie, et comment j’imaginais sa matérialisation.
La poésie des mots.
Je travaille dans le paysage et je lui ai dit que pour moi, les plantes étaient se qu’étaient les mots à la poésie. Elles permettent de créer un jardin dans une progression logique et harmonieuse comme on lirait un poème. De cette allégorie (métaphore?) elle s’en inspira pour retravailler mes contenus web.
Je la sollicite encore aujourd’hui afin qu’elle me suive pour tous mes contenus à venir.
Sa sensibilité fait son empathie et sa douceur son professionnalisme.
C’est les yeux grands ouverts que je vous la recommande chaleureusement. »

(Merci Marion ;))

Optimisation de textes - COLORISTE DE MATIÈRE GRISE

Delphine, LA coloriste de matière grise, est celle qui est à part.

Pourquoi? Parce que c’est elle qui a tellement cru en moi qu’Ampersand Storyteller n’aurait pas pu exister sans elle.

Alors, ce projet, je suis très fière de vous le montrer enfin terminé.

Il a été mené de front avec Delphine et Léa Dupain-Sempere de la société LEADS pour le Web design. (qui allie professionnalisme, écoute et bienveillance et avec qui j’adore travailler!)

C’est un beau bébé.

Allez-y! Ce que fait Delphine est inspirant!

V.

Biographie d’artiste - DELPHINE ROGER-LETEURTRE

Delphine ayant le pouvoir de plier le papier à sa guise, elle m’a demandé, suite à une exposition de ses œuvres en origamis, d’écrire sa biographie artistique afin de pouvoir répondre correctement aux diverses sollicitations.

La voici. Ce fut une première pour moi.

« Née à Senlis en 1974, Delphine Roger-Leteurtre a toujours fait preuve d’une créativité débordante.
Après avoir passé un Bac Littéraire option arts plastiques, une prépa puis finalisé l’ECV, une école de design graphique, diplôme de master en poche, Delphine s’est lancée en tant que designer graphique pour de grands groupes parisiens.
Pour autant, sa créativité toujours puissante, elle décide avec sa famille de s’installer au pays basque et de créer sa société « Coloriste de Matière grise » afin de réveiller la « cré-activité » des dirigeants. Elle forme, déforme et réveille la créativité, peu importe la manière.
Mais de son passage à l’ECV, reste omniprésent le travail de la couleur.
Ses influences, Delphine les pioche dans l’art aborigène, Vincent Van Gogh ou Yayoi Kusama pour leur travail sur l’accumulation, la répétition du geste et de la couleur. L’ensemble de l’espace est rempli. Ce qui paraît mécanique est unique.
Alexander Calder tient aussi une place importante par son travail de la ligne, de l’épuré, de la couleur, mais aussi de son travail pluridimensionnel.
Delphine s’est donc, dans un premier temps, initiée à la matière brute et les superpositions, à travers la craie grasse qu’elle travaillait aux doigts. Puis, elle s’est essayée à la peinture.
Mais c’est surtout la matière qui a influencé et amené Delphine à l’art ancestral de l’origami. Depuis des années, et à travers tous ses voyages, elle a toujours ramené et collectionné compulsivement, toutes sortes de papiers, sans savoir vraiment quoi en faire jusqu’à il y a 5 ans.
De l’origami, elle aime le contact direct avec le papier, sans outils. Elle caresse, plie, forme, déforme et réveille enfin les feuilles sous ses doigts, qui donnent vie à des tableaux géométriques, volumétriques et répétitifs, empreints de couleurs vives.
Aujourd’hui, en dehors de ses expositions, Delphine anime des ateliers où elle aime partager ce travail de patience et de précision.
Etant en perpétuelle évolution, Delphine crée déjà son propre papier et souhaite désormais orienter son travail vers des œuvres plus importantes.
Work in progress… »

Biographie d’artiste - EBEN ART

Cette biographie fut un écrit formateur pour moi.

Pourquoi?

Déjà, parce que ce n’était que la seconde fois que je m’essayais à l’exercice.

Ensuite, parce qu’Elodie possède la sensibilité et le perfectionniste inhérents au monde artistique.

Je tiens donc à la remercier pour sa confiance. Et n’hésitez pas à aller visiter sa page facebook: EBEN ART

 » Elodie BENHAMAMOUCH est née en 1979 à Chatenay-Malabry.
Du plus loin qu’elle se souvienne, elle a toujours eu le besoin de créer et n’a jamais cessé depuis. Cette création libératrice et vitale est le point d’équilibre de ses émotions.
A 15 ans, elle se destine à une carrière artistique en entrant au lycée d’arts appliqués de Sèvres. Elle s’intéresse à la figure humaine et plus précisément à l’art du portrait qui sera le fil rouge de son travail. A travers tous ces visages, c’est sa propre identité qu’elle recherche.
Elle poursuit son parcours artistique à l’ENSAAMA Olivier de Serre, en design céramique. Elle y découvre les cours de nu qui libèrent son trait et affinent son observation.
Elle abandonne alors l’objet pour se consacrer à la peinture, comme une évidence, et sa recherche permanente de technique a, ainsi, fait évoluer son travail de manière cohérente.
Il n’y a pas de processus artistique. Elodie se laisse guider par ce qu’elle ressent, ne sachant jamais où son travail va la mener. Elle sait juste que c’est le bon moment. Peu importe la manière. Peu importe le support.
Elodie se détache des matières qualitatives et préfère débuter une œuvre avec presque rien: une nappe en papier, de la tôle ondulée ou des matériaux récupérés qu’elle aime détourner de leur fonction initiale pour les rendre « nobles ».
Elle travaille par série, nourrie par les événements qui se déroulent autour d’elle.
EBEN, son nom d’artiste, est né de la contraction de son prénom et de son nom et appuie sa vibration africaine, que l’on retrouve dans nombre de ses œuvres.
Depuis 2001, Elodie donne des cours d’Art dans diverses associations et écoles privées.
Les relations qu’elle entretient avec chacun de ses élèves (de 3 à 80 ans) lui permettent de nourrir son regard de l’Autre, d’emmagasiner des émotions, des gestes…
Elodie enseigne dans un cadre où se mêlent le plaisir de créer, d’expérimenter, de se dépasser et l’apprentissage du dessin, des couleurs et de la peinture.
Elle aime entourer par sa bienveillance ses élèves,  qui affirment petit à petit, leur personnalité. Elle leur permet ainsi de développer une belle confiance en eux, essentielle à l’épanouissement de chacun.
Elodie fait aussi partie d’un collectif d’artistes et expose régulièrement ses œuvres en région parisienne.
Aujourd’hui, son travail s’oriente essentiellement vers le portrait et la transmission des émotions brutes, notamment avec sa série intitulée « Le cri », qui révèle des moments de vie intenses mais tellement importants. Elle saisit un instant, une expression. Ce cri qui libère… Elodie libère ainsi un condensé de punch, la luminosité, la couleur et l’énergie qui la caractérisent à travers ces portraits parfois connus, souvent anonymes et affirme sa présence et son talent. « 

Texte de blog - Essai - MALTEM INSIGHT PERFORMANCE

Nelson Mandela a dit: « Je ne perd jamais, soit je gagne, soit j’apprends. »

Le texte qui va suivre est un essai effectué pour la société de consulting Maltem Insight Performance.

Je n’ai pas remporté le marché. Mais finalement, est-ce grave? Dans la mesure où toute l’équipe MIP me fait assez confiance pour m’autoriser à publier, sur mon site internet, cet écrit fait pour eux il y a quelques mois, je me sens chanceuse. Je les en remercie donc vivement!

Et puis…tout arrive à qui sait attendre! 🙂

Le voici donc. Un peu long mais cela vous donne la mesure de ce que je suis capable d’écrire. Bonne lecture!

« LE GRAND NETTOYAGE : Où comment démontrer que la qualité de vos données d’aujourd’hui définira la maîtrise de votre performance digitale de demain.

 

La performance globale d’une entreprise passe invariablement par la maitrise et la bonne compréhension de toutes les données qu’elle peut générer.

Vous pensez surement que je commence par la conclusion. Mais cette entrée en matière n’est ni plus, ni moins que le postulat de chaque entreprise. Ou devrait l’être.

Très bien. Mais pourquoi ?

A l’instant même où vous lisez cet article, des millions (billions ?) de données ont été échangées. Si vous ne savez pas de quoi est réellement composée votre société, c’est que vous avez fait une croix sur votre instinct de survie. Simplement parce que ces données composent votre ADN.

Il est donc capital de s’intéresser à votre performance digitale.

Et pour cela, il est important de savoir si les données que vous utilisez chaque jour d’un point de vue décisionnelle sont assez « aptes » à vous aider dans votre gouvernance au quotidien. Les enjeux en sont capitaux !

Le premier d’entre eux pourrait se définir par la question suivante : Savez-vous déterminer pourquoi un client potentiel ne passe pas à l’acte d’achat ? Parce que indéniablement, votre enjeu principal est contenu dans la mesure de la satisfaction de vos clients !

Et la réalité du ressenti client est uniquement valable si la donnée mesurée pour cela l’est aussi. A l’inverse, si la mesure et l’interprétation des données sont fausses, la production de l’état de santé de votre société sera altérée et ne servira strictement à rien.

MALTEM INSIGHT PERFORMANCE (MIP) propose donc d’obtenir une image globale et transverse, en monitorant vos applications ou l’ensemble de votre réseau, pour, d’une part, voir si votre système d’information fonctionne correctement et d’autre part, mesurer le ressenti utilisateur. Nous parlons bien de gagner en proactivité.

Alors, il n’est évidemment pas question de prendre des milliards de données opérationnelles pour reconstituer un visuel simple. Non !

Par contre, on peut sélectionner les données suffisantes et nécessaires pour produire une image stable, agnostique (soit indépendante des technologies utilisées) et transverse.

Le contrôle de votre efficacité doit être basé sur les données les plus fiables possibles car ce sont ces données de référence qui vont vous permettre d’analyser les variations de performance si et seulement si, elles sont mesurées correctement.

In fine, c’est cette image à l’instant T qui permettra de donner l’autonomie suffisante et nécessaire aux équipes pour qu’elles puissent être à même de choisir leur orientation, et déterminer quels sont les axes d’amélioration organisationnels et opérationnels, grâce à la connaissance fine de ce qui se passe en temps réel pour votre client final. Et c’est votre management qui en sera impacté positivement.

Et qu’en est-il de la performance des processus métier ? C’est très nettement le deuxième enjeu dont vous devriez vous soucier ! De la même manière, dans une démarche de performance digitale, une entreprise étant constituée d’activités indépendantes les unes des autres, il est important que ses processus soient rationnels pour arriver à l’efficience de votre infrastructure. Donc, plutôt que de contrôler une application ou un réseau, MIP va pouvoir être en mesure de monitorer un ensemble de services qui composent un processus métier afin d’en extraire toutes les informations nécessaires pour leur amélioration continue. Cela permet une vision réelle et transverse de l’activité.

Enfin, selon l’institut de sondage Gartner qui détermine chaque année, les tendances prévisionnelles, il est important de faire référence à l’intelligence artificielle. Car à l’ère de l’IA et du Big Data, il est presque impossible de rationnellement mettre en péril sa société en ne mesurant pas l’impact que ces données erronées peuvent avoir sur votre activité. Compromettre sa vision passée et ses prévisions futures n’est plus permis. Et cela passe par la consolidation d’un modèle de référence.

Pour le rendre solide et fiable, MIP mets en place des indicateurs de performance pour rendre factuel les données et ainsi améliorer la satisfaction du client final.

MIP collecte ainsi vos données et en ressort la qualité substantifique ainsi que celles qui viennent de partout ailleurs, sélectionnées et profitables puis les consolide pour une meilleure gouvernance.

Le postulat de base reste plus que jamais d’actualité. Il ne s’agit plus de prendre le train en marche si vous souhaitez être acteur de votre croissance. Tout va bien trop vite.

Pouvoir s’appuyer sur une donnée vertueuse est finalement tout l’enjeu de la recherche de la qualité dans votre performance digitale. Mais pouvoir le faire de manière efficiente est encore une autre histoire.

Ne nous leurrons pas, cette quête est une activité à part entière et chronophage, qui va à l’encontre du but recherché qui est la proactivité, donc non efficiente pour les SI.

Evidemment, la question de l’externalisation se pose.

Ne serait-il pas plus facile de se reposer sur l’expertise d’une société telle que MIP afin de garder en interne toute la partie d’amélioration continue ? Donner cette responsabilité à un tiers de confiance afin de vous concentrer sur la recherche du cercle vertueux ?

Car finalement, vous saurez que vous avez atteint le point de performance quand votre management sera à même d’anticiper ses décisions, que vos équipes seront autonomes et que votre client sera pleinement satisfait. Le but est atteint ! »

Biographie en anglais - NAYA NATURE

Il m’arrive, parfois, d’écrire dans la langue de Shakespeare.

C’était une demande particulière pour un projet particulier, celui de reconnecter les enfants à la nature, et leur nature. Et c’est dans la jolie ville d’Amsterdam que cela se passe!

Aurélia, que je connais depuis longtemps, m’a donné toute sa confiance, du moins assez pour se livrer et me donner toute la matière pour créer sa biographie. Cette femme est incroyable et je vous engage vivement à constater par vous-même son projet génial: Naya Nature

« I am Aurelia.

I am from everywhere. From Tours where I was born, from Barcelona where I feel like home and from Paris that I loved discovering over the years…

I am now from Amsterdam, where I have been living since 2015, date when my life changed (and not only because of the rain).

Because for a long time I was a « specialist » in managing change for big companies.  Those were years when everything had to go faster to become more efficient.

Then I became a mother of two children. I immediately wanted the best for them. I discovered the joys of slowness. Now, I commend it.

And the awareness grew at the same pace as my children: we are degrading our living conditions. So I looked around me. Amsterdam is a decidedly green city where children naturally live outdoors. It had become obvious that I had to do something. I needed to connect people with nature, starting with me, my family, and then those for whom it is not obvious.

I knew! I wanted to dedicate myself to the children’s welfare today and prepare the adults of tomorrow.

For that, encounters were fundamental. And that’s great! I love that!

Like Jan, courageous young man, who managed to mobilize no less than twenty volonteers to create the first « Sustainable Food Festival », without any experience.

Like Bérénice, my forever « partner in crime », with whom I created the blog « Les voisines » where we would write about our own environmental-friendly experience, while looking for levers powerful enough to change behaviors.

Naturally, from this blog came out « Mission Coco ». Why « Coco » ? Because the coconut seed has an incredible ability to adapt and the coconut tree is based on a solid root system. I wish children to become the seeds of a larger movement, reconnecting to their nature through educational projects that I design, develop and promote.

Then, like Claire, my associate, who is my anchor but also my shining light and who accompanies me today in the great adventure of « Naya Nature », our « Nature-Academy » for children, families and Amsterdam’s schools.

So, I attended to the training « Passeur de Nature » from Eveil et Nature, a real educational gold mine, which helped me stay connected with my vision.

I wish, more than ever, to have a real social impact, and which is enthusiastic and creative, just like the inner nature of our children.

Because I fundamentally believe in enthusiasm. It is communicative. It spreads everywhere and should be the course of action to lead any change.

I especially believe that, until the second before I spoke to you, you may not have felt that much about nature.

But from now on, everything will change. »

Merci pour elle!

Blogging - LA CAVE D’IROULEGUY

Depuis le mois de Février, je suis très fière de m’occuper de la partie blogging de la Cave d’Irouléguy.

Je suis tombée sur une équipe humaine, armée de valeurs fortes.

C’est un vrai plaisir d’écrire pour cette coopérative, et de découvrir le milieu du vin par la même occasion!

Je vous laisse jeter un coup d’œil au 1er article écrit: La Cave d’Irouléguy

Mais, baladez-vous sur le site. Il en vaut le détour.

Et encore un grand merci à Nadine et Elodie pour leur confiance!